Bolongal

Natalia, une scénariste prometteuse

Natalia Sylla
Natalia Sylla

Je me considère comme étant la voix de ma société, tout ce qui touche ma société me touche.

Natalia est une jeune fille de 21 ans de nationalité malienne, elle est issue d’une famille mixte, qui sont de la Guinée du Mali et de la Russie.

Quelque part il est écrit « qu’on reconnait un bon maçon au pied du mur ». Alors pour vous épargner un texte dithyrambique, je vous invite à travers ce court métrage à découvrir le potentiel et le talent de la jeune scénariste.

Lame Rouge 

Alors, vous en pensez quoi ? vous êtes convaincus ? maintenant allons a la rencontre de Natalia

Pourquoi avez-vous choisi d’être scénariste ?

J’ai toujours eu un béguin pour les films depuis mon enfance, ma passion pour le théâtre et les films ont débuté à l’âge de 12 ans au collège Rosey Abantara, je participais au sketch de fête de fin d’année, j’assistais les professeurs lors des choix de la pièce et depuis j’ai vu se développer en moi un don qui sommeillait, celui d’écrire et d’imaginer les histoires.

Qu’est ce qui fait que vous ne produisez pas fréquemment ?

Bof c’est difficile si tu n’as pas de financement ou si tu manques de soutien, et très souvent ce sont des courts métrages qu’on réalise le plus. Les longs métrages sont rarement produits ici au Mali.

A ce jour combien de production avez-vous faites ?

Deux productions je peux dire. « Carpe Dorée » qui est un message est destiné à la nouvelle génération qui prend l’amour pour une distraction, un jeu. Alors que c’est la chose la plus sacrée au monde, qui doit se forger à force d’abnégation, de don de soi.

Et « lame rouge » que vous venez de voir. Il s’agit de montrer les dangers de cette pratique monstrueuse et obsolète qui est l’excision. De nos jours des personnes mutilent les jeunes filles les exposant ainsi à des maladies graves

Quelles sont tes sujets de prédilection et pourquoi ?

Oh, il faut croire que je n’ai pas de préférence de sujet, pour moi tous les sujets sont à traiter.  Je me considère comme étant la voix de ma société et tout ce qui touche ma société me touche.

En quoi est-ce important pour le Mali le cinéma ?

Le cinéma est important pour le Mali car ça va permettre à notre société de se rendre compte de certaines réalités, de faire la différence entre ce qui juste ou pas.  ça va permettre à cette population de se réveiller de prendre conscience de nos défis,  d’avoir une certaine éducation. 

Comment faire pour vulgariser l’art au Mali ?

Il faut lutter contre cette mauvaise image ou la vie d’artiste est assimilé à une vie de débauche. Il faut amener la population à aimer l’art, cela passe par la multiplication des festivals, les projections de de films etc. Il est capital que le gouvernement mette des fonds ou des soutiens aux artiste pour qu’ils vivent de leurs arts.

Avez-vous des projets en cour ?

Oui j’ai des projets en cours, dont certains sont personnels et d’autres sont des collaborations.

Quel est votre message pour la jeunesse ?

Mon message est que chaque jeune que tu sois autochtones ou pas, que tu sois handicapé ou en pleine forme, que tu sois artiste ou pas, sachez que la persévérance nous amène à réaliser nos rêves les plus fou, et ce rêve doit par n’importe quel moyen contribuer au développement de ton pays,

l’honneur n’est pas de construire sa vie, l’honneur est de construire sa vie et celle de la génération future.

Ousmane Makaveli

Bonjour 😁😁😁
je nomme Ousmane Traore, je suis blogueur et l’initiateur de Bolongal. J’écris pour émerveiller, partager, dénoncer, sensibiliser, j’écris surtout pour que l’on puisse échanger, et confronter nos idées. Laissez les vôtres en commentaires.

2 comments

  • Que d’émotions en regardant ce court-métrage! Ça m’a vraiment touché! Tu as réel talent Natalia, toute mes félicitations ! J’espère que tu seras l’instigatrice d’un éveil malien sur le rôle éducateur des Arts! Bon courage pour la suite 😉

Suivez-Nous

Nous sommes sur les réseaux sociaux